mercredi 17 février 2010

Le 17 février 1673

Récit du décès de Molière, le 17 février 1673:

Le jour de la quatrième représentation du «Malade imaginaire», Molière souffrait de la poitrine plus qu'à l'ordinaire. On voulut lui persuader de ne pas jouer. «Eh! que feront, dit-il, tant de pauvres ouvriers qui n'ont que leur journée pour vivre? Je me reprocherais d'avoir négligé de leur donner du pain un seul jour, le pouvant faire absolument». Il joua et dans le divertissement de la pièce, au moment où il prononçait le mot «Juro», il lui prit une convulsion, qu'il essaya vainement de cacher sous un ris forcé. On le transporta chez lui. Deux de ces religieuses qui venaient quêter à Paris pendant le carême étaient alors dans sa maison, où il leur avait donné un asile. Ces charitables filles lui prodiguèrent inutilement les soins les plus empressés; il mourut bientôt, étouffé par le sang qui sortait de sa bouche en abondance. Ce fut le vendredi 17 février 1673, à dix heures du soir, qu'il rendit le dernier soupir, âgé seulement de 51 et 1 mois. Comme il était mort en état d'excommunication, le curé de Saint-Eustache, sa paroisse, lui refusa la sépulture ecclésiastique: «Quoi! s'écriait sa veuve, on lui refuse ici la sépulture! En Grèce on lui eût élevé des autels». Le roi engagea, dit-on, l'archevêque de Paris à faire cesser ce pieux scandale, et Molière fut enterré au cimetière Saint-Joseph.
••••••••••••••••

Épitaphe de
Molière

Sous ce tombeau gisent Plaute et Térence,
Et cependant le seul Molière y gît.
Il les faisait revivre en son esprit
Par leur bel art réjouissant la France.
Ils sont partis et j'ai peu d'espérance
De les revoir malgré tous nos efforts.
Pour un long temps, selon toute apparence,
Térence, et Plaute, et
Molière sont morts.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire