dimanche 14 février 2010

Douche froide

Une autre douche froide pour la Saint-Valentin, elle est de George Bernard Shaw, comme vous le voyez.
Non seulement l'amour de la bonne chère est-il le plus sincère, comme il l'a écrit, mais on peut constater qu'en Occident, principalement en Amérique du Nord, l'amour de la bonne chère -et même l'amour outrancier de la bonne chère- est le plus répandu dans toutes les sphères de la société (voyez nos bons gros et gras, ventrus et ventripotents cardinaux et prélats, à qui pourtant la gourmandise -comme péché capital- est en principe déconseillée).
Ils ne sont pas les seuls dont la chair porte les stigmates de l'amour de la chère.
Ce n'est pas pour rien que plus personne ne monte dans la chaire pour prêcher.
C'est peut-être l'amour de ceux qui n'en ont pas ou qui ne peuvent pas en donner.
Je dis «peut-être».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire