mercredi 20 janvier 2010

Fraternité

Une citation qui me saute aux yeux, tirée par Florence Bouchy d'un premier roman (celui de Louis-Henri de La Rochefoucauld, «Les Vies Lewis») dont elle fait le compte rendu (ici) dans Le Monde.fr (non, ce n'est pas dans Le Figaro.fr où on l'aurait attendu à cause du nom de l'auteur):

Je me suis convaincu qu'on n'a aucun besoin de père, mieux vaut se trouver quelques frères avec qui se serrer les coudes et tenir le coup.

Pour moi, ce n'est pas tellement de père dont il est question (un père humain est indispensable, quelle que soit la forme qu'il prend) mais d'un supposé «Père éternel»: il n'y a pas besoin de Dieu quand les humains s'entraident, surtout, comme maintenant à Haïti, quand ils s'entraident à la suite de ce que les Anglophones appellent un «acte de Dieu» («Act of God», page en anglais au bout de ce lien).
Les religions ne sont que des détournements de la fraternité humaine.
Qui font oublier la seule nécessité de celle-ci, au profit de la dévotion nuisible à un être inexistant (ou indifférent).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire