samedi 30 janvier 2010

Chi va presto va lontano

Décidément ces pauvres poignets sont menacés par toutes les pratiques sexuelles.
Peut-être devra-t-on maintenant prévoir des équipements pour la pratique de ces activités comme ceux que l'on prévoit pour les activités sportives.
Ou, peut-être, devrait-on écourter ces activités et revenir aux « saines » pratiques de nos ancêtres du paléolithique, plus près de la nature, et qui réduisaient au strict minimum la durée des ébats.
Il me semble que, comme on dirait en italien (et dans l'interprétation des pièces musicales) et contrairement à la maxime habituelle: « Chi va presto va lontano* » et prépare une longue vie à ses poignets.
(L'article de Zigonet est ici mais il est en totalité ci-dessus si vous cliquez l'image pour mieux lire le texte).

* La maxime habituelle est « Chi va piano, va lontano » (« Qui va lentement, va longtemps » ou « Qui veut voyager loin ménage sa monture »). La maxime nouvelle et contraire que je suggère pourrait se traduire ainsi: « Qui veut voyager longtemps doit faire des voyages brefs et vite faits »).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire