mardi 30 novembre 2010

Poésie rap

Ce sont les dents de diamants du rappeur français Booba dans son clip « Au bout des rêves » (qui se trouve ici).
Je ne connais pas bien le rap mais c'est de la poésie et quand j'en entends je suis parfois emporté comme par les vagues de la mer.
Un chercheur en littérature a récemment énuméré un certain nombre de vers des œuvres de
Booba que j'ai trouvés fantastiques (le chercheur les classait par figures de rhétorique (ou de style) mais je n'y trouve pas d'intérêt; c'est comme s'il cherchait à embourgeoiser le rap en montrant que celui-ci utilise les mêmes ressources que la poésie classique, mais les figures de rhétorique nous en faisons usage tous les jours vous et moi, rhétoriqueurs sans le savoir, car c'est le fondement du discours et de la parole).
Voici quelques-uns des vers que j'ai trouvés fantastiques:

Dans le clip « Garde la pêche » :

J'ai du calcaire dans les artères

Un cœur de pierre


Dans «Le bitume avec une plume»:

Je suis le bitume avec une plume

Dans «Illégal»

Bleus sont les gyros, rouges sont mes yeux

Dans «Boubli»:

Si je traîne en bas de chez toi je fais chuter le prix de l’immobilier

« Le bitume avec une plume », quelle définition de la poésie rap !

Voici le clip « Au bout des rêves » (certains mots m'échappent encore mais j'y travaille):


Au bout des rêves

Appeler au secours n' est pas mon genre, ça va s'sentir
J'ai jamais bossé la chaussée m'a vu grandir
J'ai toujours osé, posé mes tripes sur la musique
Plutôt crever que taffé à l'usine
La luxure m' aura à l'usure peut-être
J'suis jamais cuit même quand les poulets me cuisinent
Moi j'veux devenir c'que j'aurais dû être
J'ai jamais su c'qu'était mon rôle
A part être riche, avoir une piaule à Miami Beach
Aider sa mère et l'aimer avec un cœur éternel
Ne pas prendre perpète comme Pernel
J'veux déployer mes ailes foncer contre courant
encore et me baisser, cerveau blaissé paume vers le ciel
Dis bonjour aux banlieusards fidèles au poste
Demande à la Sacem, qui est le boss
Si mon parcours a rien d' héroïque
Ma clique est sous contrat, la tienne sous héroïne

Refrain :
A quoi ça sert d'être célèbre, sans le mériter
J'ai toujours la vérité au bout des lèvres
Et le passé me suit de jour comme de nuit
pourrais-je y arriver au bout d'mes rêves ?

Hey yo j'débarque dans la place Air force neuve pas d'Adidas
Alerte au bling bling, bibibibi-biatch
B2zoo chef de gang sur bateau d'esclaves
Laquelle de ces rappeurs veux test un M.C de (...)
Ici j'suis en visite, le roi en visu
J'arrive en (...) repart en (...)
Ça capitule dans l' industrie c'est la crise
J'm'arrête au feu les M.C lavent mon pare-brise
Ni deux ni une, aucune apparition sans hémoglobine
T'es à la fin de ton film remballe et rebobine
J'défraies pas la chronique, je la fume
Si j'avais la maille à Beckham sa femme serait ma boniche
Mon fils à l'école tu seras imbattable
si tu échoues et que je pars avant toi
Prends mes sous jette ton cartable
Et j'm'imagine en train de fe-ta
A 2.50 sur le droit chemin voiture pe-ta

Refrain

A quoi sert d'être célèbre sans le mériter
J'ai toujours la vérité pendue au bout des lèvres
Et le passé me suit de jour comme de nuit
J'sais pas dans quel état j'vais arriver au bout de mes rêves
J'ai le cœur solide, j'ai les mains pleines
Quand elles seront vides me diras-tu que tu m'aimes?
Votre système je n'y crois pas non sans phares xénon
Moi je m'y vois pas.
 

Voici l'en-tête de l'article (ici) où l'on parle des figures de style de Booba :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire