mardi 16 mars 2010

Le sourire

Je suis tombé hier sur cette statue de pharaon souriant du Bristish Museum (je ne me souviens plus de quel pharaon il s'agit mais il appartient sans doute au Nouvel Empire tant son sourire est beau).
Ce sourire ne le rend-il pas aussi serein que le Bouddha quand il sourit?
D'ailleurs il n'est pas que sur ses lèvres ce sourire, ses yeux sourient aussi.
On dirait qu'on n'est plus dans la civilisation de la mort et de la recherche de l'éternité qui est celle de l'Égypte antique (et qui a donné naissance aux autres religions sémitiques, ordonnées elles aussi, hélas, vers l'éternité et la mort plutôt que vers le temps et l'instant): on dirait qu'on est plutôt dans la civilisation de l'instant présent et de la vie fragile et heureuse, dans la civilisation du temps.
Je hais les civilisations où il n'y a pas de sourires, encore moins celles où il n'y a pas de représentations pour porter les sourires,
Ni aucun autre sentiment que le fanatisme et la rage.
C'est sur le sourire de ce pharaon qu'on peut lire l'origine de l'art grec primitif, celui des «kouroï».
Le mystérieux sourire de ceux-ci provient des pharaons souriants.
Et peut-être la civilisation grecque elle-même (celle d'avant le christianisme) provient-elle du sourire de ces pharaons devant le temps qui passe, et sa douceur, et sa fragilité.
Voyez cet héritier grec du pharaon égyptien:


Aucun commentaire:

Publier un commentaire