mercredi 24 mars 2010

Froid parallèle

J'ai parlé la semaine dernière d'un baiser d'escaliers à Montréal (ici).
Je vous présente deux escaliers qui, non contents de ne pas s'embrasser, semblent vivre côte à côte sans se regarder.
Reflet assez exact de la relation des voisins dans les grandes villes, du moins dans celles que je connais.
Peut-être la différence de saison accentue-t-elle ici l'impression de froideur.

L'indifférence

Que n'ai-je à te soumettre ou bien à t'obéir ?
Je te vouerais ma force ou te la ferais craindre ;
Esclave ou maître, au moins je te pourrais
[contraindre
À me sentir ta chose ou bien à me haïr.

J'aurais un jour connu l'insolite plaisir
D'allumer dans ton cœur des soifs, ou d'en
[éteindre,
De t'être nécessaire ou terrible, et d'atteindre,
Bon gré, mal gré, ce cœur jusque-là sans désir.

Esclave ou maître, au moins j'entrerais dans ta vie ;
Par mes soins captivée, à mon joug asservie,
Tu ne pourrais me fuir ni me laisser partir ;

Mais je meurs sous tes yeux, loin de ton être
[intime,
Sans même oser crier, car ce droit du martyr,
Ta douceur impeccable en frustre ta victime.

Μονοτονία

Την μια μονότονην ημέραν άλλη
μονότονη, απαράλλακτη ακολουθεί. Θα γίνουν
τα ίδια πράγματα, θα ξαναγίνουν πάλι —
η όμοιες στιγμές μας βρίσκουνε και μας αφίνουν.

Μήνας περνά και φέρνει άλλον μήνα.
Aυτά που έρχονται κανείς εύκολα τα εικάζει·
είναι τα χθεσινά τα βαρετά εκείνα.
Και καταντά το αύριο πια σαν αύριο να μη μοιάζει.


Monotonie

Monotone, une journée succède l'autre,
toujours pareille à celle d'avant.
Les mêmes gestes qui se répètent,
les mêmes moments viennent et nous quittent.

Un mois succède à l'autre;
l'ennui d'hier, qui nous revient.
Et ce demain que l'on espère
finit par ne plus être demain.


Monotonie

Un jour monotone en suit un autre
monotone, identique. Les mêmes choses
vont se produire, et se reproduiront encore —
pareils sont les instants qui nous trouvent et nous
[quittent.

Un mois qui s'écoulent en amène un autre.
Ce qui vient est facile à imaginer;
c'est ce pesant ennui d'hier. Au point
que demain n'a déjà plus l'air d'être demain.

traduit par Dominique Grandmont,
Poésie/Gallimard


Aucun commentaire:

Publier un commentaire