mercredi 24 mars 2010

Espoirs déçus

Nous demandions peu de chose, -une marguerite, une pensée, un pissenlit même- mais nous espérions les avoir bientôt, la semaine prochaine ou la semaine après.
(Je ne connais pas le nom des petites fleurs en haut mais je les espérais aussi, même sans nom -une savante visiteuse me propose: des crocus, et j'ai tendance à la croire, d'autant plus qu'une autre savante visiteuse l'appuie).
Nos espoirs ont été déçus.
Voici en bas ce que nous avons eu. Peut-on appeler cela des fleurs de neige?
C'était une tempête.
Voyez ses effets hier après-midi sur le pin d'à côté:

Et voici le pauvre pin ce matin:

Je ne parle pas du banc du parc ni de la pauvre rue Vaudreuil.
Je suis un peu parano: tant que le Congrès états-unien n'avait pas voté la réforme de la santé du président Obama, les États-Unis ont eu toute la neige que nous aurions normalement reçue, et nous ne recevions rien.
Maintenant que le mal (c'est-à-dire les Républicains) a été (pas définitivement, hélas!) vaincu, les choses rentrent dans l'ordre: nous recevons la neige qui nous est due et les États-Unis n'en recevront plus (à moins que les Républicains ne sévissent encore).
Si j'osais, je dirais que l'Europe -particulièrement la France- a eu beaucoup de neige inhabituelle cet hiver, tant que le parti de Sarkozy n'a pas subi de défaites
.
Peut-être en aura-t-elle moins maintenant.
(Mais je crois que ma paranoïa exagère ici, on verra)
.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire