samedi 28 janvier 2012

Morte cuite à l'étouffée

Lisez bien le dernier paragraphe que je vous présente de l'article de Yahoo Québec (l'original entier est ici):

«Dans les conditions où [Mme Lavigne] est décédée, on peut dire qu'elle est morte cuite», affirme le coroner et urgentologue Gilles Sainton dans une entrevue accordée à Radio-Canada.

Elle participait à un «séminaire de développement personnel» et sous prétexte de la faire suer on l'a fait cuire .
À l'étouffée si je puis dire.
Personnellement je pense que toutes les personnes qui participent à des «séminaires de développement personnel» (ici c'était plutôt un «séminaire d'enveloppement personnel», si je puis dire, voire un «séminaire d'étouffement personnel»), je pense que toutes ces personnes ont un cerveau de la taille de celui d'une poule ou autre gallinacée.
Pas étonnant, donc, qu'on les fasse cuire à l'étouffée.
Surtout avec des gourous qui auraient sans doute rêvé d'être des cuisiniers pour utiliser de telle méthode de développement.
Rêvé d'être des cuisiniers sans avoir le QI nécessaire (et de loin, comme tous les gourous, ou comme tous les politiciens, devrais-je peut-être ajouter, en particulier ceux de droite).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire