mercredi 9 novembre 2011

Moustache

Je ne sais pas si tous mes visiteurs connaissent « Movember ».
C'est une manifestation corporelle collective visant à attirer l'attention sur le cancer (silencieux pour sa part) de la prostate.
Son point de départ est en Australie et il consiste pour les hommes (c'est presque impossible pour une femme d'y participer mais ce n'est pas pour une raison de discrimination, vous verrez, celles pour qui c'est possible de participer le peuvent librement*) de se faire pousser une moustache, sur un visage préalablement rendu glabre, (c'est la raison de la syllabe « mo » de « Movember », les deux premières lettres de « moustache ») et cela pendant toute la durée du mois de novembre (origine des deux autres syllabes de « Movember », sans doute du nom originellement latin du mois de novembre, « november », le neuvième mois de l'année républicaine romaine).
Certains prennent des raccourcis comme dans la photo ci-dessus et acquièrent rapidement une moustache avec avantages (indéniables).
Je ne sais pas si, à la fin du mois, les plus belles moustaches reçoivent un prix en argent que leurs possesseurs reverseraient à un fonds de recherche sur le cancer de la prostate.

Je l'espère car, comme je l'ai déjà dit, je suis à un âge où on craint ce cancer (dans le billet qui porte sur les bénéfices du café, ici).
Le « moustachu » qui apparaît dans la photo ne recevra rien à la fin du mois même si sa moustache est bien belle : il a déjà reçu son prix.
(J'ai emprunté la photo à ce profil Facebook, non sans l'améliorer).

* Ceux qui sont en charge du mouvement à l'heure actuelle pourraient songer à ouvrir Movember
aux femmes qui le désireraient en acceptant les moustaches qui poussent ailleurs que sous le nez.
Éventuellement, comme dans la photo, avec la coparticipation d'un homme qui accepterait gracieusement de prêter son visage à une moustache localisée ailleurs que sous le nez.
Je suis sûr que les candidats à la coparticipation ne manqueraient pas. Autant d'argent de plus pour la recherche contre ce cancer dont les pauvres hommes sont très souvent victimes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire