mardi 22 novembre 2011

Des escaliers

Je ne vous ai jamais présenté l'escalier de la Gare Saint-Charles à Marseille.
Vous le voyez dans cette photo.
C'est un très long escalier, long à descendre, long à monter.
Nous devions l'emprunter chaque fois que nous venions à Marseille à partir d'Aix-en Provence.
Et le réemprunter pour rentrer.
Nous étions jeunes à l'époque (ah! avoir à nouveau vingt ans!) et nous l'empruntions sans même nous en apercevoir.
Nos articulations protesteraient davantage aujourd'hui.
Chaque fois que je l'empruntais je me faisais la réfelxion qu'il aurait pu servir à une reconstitution de la scène de l'escalier d'Odessa dans le film d'Eisenstein «Le Cuirassé Potemkine».
Vous ne connaissez peut-être pas cette scène où les soldats du tsar massacrent la population qui emprunte un escalier dans la ville d'
Odessa en Crimée: on y voit un landau avec un bébé rouler seul dans les marches, sa mère ayant été blessée (voire tuée je ne me souviens pas très bien, c'est le bébé qui m'a frappé).
C'est dire combien j'étais féru de cinéma en ce temps.
Je ne sais pas si le reste de Marseille ressemble à Odessa.
Elles portent toutes les deux un nom d'origine grecque et elles entretinrent des relations maritimes au cours du 19e siècle.
Et elles ont toutes deux un bel escalier propice aux scènes de cinéma.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire