samedi 19 novembre 2011

Une baie rouge d'if

Un ami Facebook a publié cette photo sur son profil avec un commentaire pour souligner que «[s]es ifs japonais ont installé leurs décorations du temps des fêtes».
Après divers échanges avec lui (sur la comestibilité de ce fruit par exemple, notez qu'il est toxique), je lui ai demandé la permission d'utiliser sa photo dans mon blogue (il a gentiment accepté comme vous voyez) pour faire un parallèle entre la sottise des humains et la sottise de la nature puisque tous les deux installent leurs décorations des Fêtes plus d'un mois et demi avant les Fêtes.
Il m'a répondu que son if avait installé ses fruits depuis l'été déjà.
Je dois donc modifier le message que j'avais l'intention de publier (tout en le gardant un peu pour souligner encore que les humains sont sots d'installer leurs décorations des Fêtes un mois et demi avant les Fêtes).
Voici donc un autre message qui est la conséquence de la publication de cette photo.
J'aime Facebook (voire« Google +» s'il se met à être fréquenté) parce qu'il nous permet (mais peut-être devrais-je dire «me») d'entendre parler d'autres gens et d'autres choses que des gens (la plupart du temps riches et célèbres, parfois cruels et sanguinaires) et des choses (touristiques et fréquentées, elles, ou bien à la mode) dont nous parlent les grands médias.
Il nous (me) permet d'entendre parler par eux-mêmes de gens comme vous et moi, de voir où ils vivent, de voir ce que nul autre qu'eux-mêmes ne vous présentera jamais de ce qui accompagne leur vie.
Il nous (me) permet d'entrer en contact avec des existences comme la mienne, et peut-être d'en reconnaître la valeur.
Voyez cette petite baie rouge d'if que je n'aurais jamais aperçue sans cette photo, ni vous, cette petite baie qui n'a empoisonné personne par sa tonitruante présence, comme la première vedette, le premier mafioso, le premier dictateur venu(es), voyez-la, si ordinaire qu'elle soit (pas tant que cela, elle aussi est unique), elle existe!

Et, si petite, si inconnue, si secrète parmi les aiguilles de son if, elle embellit le monde de sa présence.
Comme vous et moi?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire