samedi 9 mai 2009

Une Fontaine Wallace à Québec

C'est une «fontaine Wallace» au coin de l'avenue Cartier (c'est une avenue et pas une rue m'a-t-on dit) et de la Grande Allée, juste en en face de la maison Krieghoff (que je vous ai présentée ici) à Québec.
Paris est prodigue des ces fontaines: il y en a dans toutes le villes importantes de France et dans certaines autres grandes villes, dont Montréal et Québec, et même à Jérusalem où les pauvres cariatides qui y sont sculptées doivent se sentir en danger, à cause du jaloux dieu unique que trois religions veulent y faire régner.
Je suis toujours fasciné non pas tellement par ces fontaines mais par celui dont elles portent le nom -Richard Wallace.
Celui-ci a réussi à faire croire qu'il était le fils naturel de Richard Seymour-Conway, quatrième marquis d'Hertford (1800-1870) (vous pouvez trouver l'histoire de sa famille : sachez qu'il était apparenté aux Plantagenêts), -lequel était, on le sait aujourd'hui, absolument stérile-, et à hériter de la fortune de celui-ci, dont il a pu jouir sa vie durant sans être embêté.
Et, à cause de cette fortune, il a réussi à être anobli par la reine Victoria et à entrer, comme son père putatif, à la Chambre des Lords.
Comme réussite britannique (et il y a toujours de la malhonnêteté dans ce nom «britannique», volé par les Anglo-saxons aux premiers habitants celtes de la Britannia romaine, qu'ils ont exterminés ou forcés à s'exiler en Armorique), comme réussite vraiment britannique, donc, c'est-à-dire fondée sur le crime et la tromperie, on ne peut rêver plus grande.
Je ne puis résister à la tentation de vous présenter une photo de ce «true British self made man».


Aucun commentaire:

Publier un commentaire