vendredi 23 septembre 2011

Variations et art. Deux tableaux de Monet

Ces deux tableaux de Monet représentent le spectacle de deux rues différentes le même jour, le 30 juin 1878, le seul 30 juin où la fête nationale de la France a été célébrée.
Avant on célébrait la Saint-Louis (25 août) ou la Saint-Napoléon (15 août). Ou la proclamation de la république (le 4 mai).
On sait que depuis 1880 cette fête nationale est toujours célébrée le 14 juillet.On a choisi cette date non pour commémorer la prise de la Bastille -où du sang avait été répandu- mais la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790.
Monet a assisté à cette fête et à l'explosion de drapeaux et de joie qu'elle a suscitée.
Lui dont l'art consiste principalement à peindre des variations du même monument par exemple à différentes heures du jour afin de peindre les variations de la lumière (véritable composante des choses) a commencé ici à pratiquer cette manière de peindre.
La première toile (elle est au musée d'Orsay) est une représentation de la rue Montorgueil le 30 juin 1878; la deuxième
représente la rue Saint-Denis le même jour (elle est au musée de Rouen, Rouen dont Monet peindra trente toiles* représentant la cathédrale sous diverses lumières).
Ce n'est pas seulement l'art de Monet qui est fondé sur la variation mais tout l'art, en particulier la poésie -l'art qui m'intéresse particulièrement-, mais la littérature aussi (le roman, voir la note ci-dessous), et l'architecture, la sculpture, le cinéma, etc.
Ce qu'on peut voir dans ces tableaux, au-delà de ce qu'ils représentent, c'est une représentation de tout l'art.

* Trente toiles que Marcel Proust revendique comme l'un des modèles d'«À la recherche du temps perdu»
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire