dimanche 4 septembre 2011

Un cœur volé pour un cœur volant

Je suis fleur bleue malgré les apparences, ma méchanceté n'est qu'épisodique et ne s'exerce que sur de rares objets, ceux qu'on a construits pour tromper et exploiter.
Il faut bien peu de choses pour m'attendrir.
C'est la raison pour laquelle je vous présente des cœurs dès qu'ils se présentent à ma vue.
C'est un cerf-volant en forme de cœur (il est de Bristol, en Angleterre) que vous voyez ci-dessus, emporté par le moindre vent, comme les cœurs véritables.
Comme mon cœur aussi.
Je vais me servir de ce cœur fils du vent pour vous présenter le poème «Le Cœur volé» de Rimbaud: un cœur volé pour un cœur volant, le compte est peut-être bon.

Le Cœur volé

Mon triste cœur bave à la poupe,

Mon cœur couvert de caporal:

Ils y lancent des jets de soupe,

Mon triste cœur bave à la poupe:

Sous les quolibets de la troupe

Qui pousse un rire général,

Mon triste cœur bave à la poupe,

Mon cœur couvert de caporal!



Ithyphalliques et pioupiesques

Leurs quolibets l'ont dépravé!

Au gouvernail on voit des fresques

Ithyphalliques et pioupiesques.

Ô flots abracadabrantesques,

Prenez mon cœur, qu'il soit lavé!

Ithyphalliques et pioupiesques

Leurs quolibets l'ont dépravé!



Quand ils auront tari leurs chiques,

Comment agir, ô cœur volé?

Ce seront des hoquets bachiques

Quand ils auront tari leurs chiques:

J'aurai des sursauts stomachiques,

Moi, si mon cœur est ravalé:

Quand ils auront tari leurs chiques

Comment agir, ô cœur volé?

2 commentaires:

Frange découpe l'ombre au dessus des yeux a dit…

Bonjour, qui a fait ce magnifique cerf-volant coeur ? je souhaite en fabriquer un semblable, ou trouver/ acheter celui que nous voyons dans l'image.
en attendant vos nouvelles,
bon dimanche.

Jack a dit…

Hélas, je ne sais pas. Je suis tombé sur la photo et n'ai pas eu l'idée de m'informer. Excusez-moi.

Enregistrer un commentaire