dimanche 13 mars 2011

Peine capitale

Le journal «Le Devoir» consacrait cette belle page au livre de Pascal Bastien intitulé «Une histoire de la peine de mort» et consacré à l'histoire de la peine capitale à Paris et à Londres, du 16e au 19e siècles.
Vous pouvez lire ce compte rendu ici.
L'auteur était interviewé ce matin à la Première chaîne de Radio-Canada, à «Pourquoi pas dimanche?».
Il y révélait une différence entre l'application de la peine de mort à Londres et à Paris dont on ne parle pas dans le compte rendu du «
Devoir»: les exécutions étaient, pendant toute cette période de 300 ans, 12 fois plus nombreuses à Londres qu'à Paris et cela malgré le fait qu'à cause de la «Common Law» les procès criminels anglais se passaient devant un jury alors qu'en France, pays de droit romain, ces procès se passaient devant un ou des juges seulement.
Le peuple est plus cruel que l'élite, est-ce la conclusion?
Ou les peuples de langue anglaise aiment davantage faire couler le sang que les peuples de droit romain?
À vous de répondre.

4 commentaires:

orfeenix a dit…

Ne négligeons pas le climat et la mentalité des Iliens, et le fait que l' éducation humanise, c' est pourquoi le peuple est en train de rattraper l' élite, je l' espère en tout cas.

Jack a dit…

À mon avis, à voir comment le peuple des États-Unis agit (et même son élite), les peuples de langue anglaise ont un long et âpre chemin à parcourir avant de «s'humaniser» comme vous dite.

orfeenix a dit…

Je n' ai pas osé mettre de touche d' ironie pour rester politiquement correcte, merci de l' avoir ajoutée.

Jack a dit…

Je les connais bien, ils sont voisins du Québec et ils influencent beaucoup nos voisins canadiens.

Publier un commentaire