mardi 20 janvier 2009

Patmos et l'«Apocalypse»


Lors de sa fondation, le christianisme fut un mouvement millénariste*, un peu comme le mouvement des Témoins de Jéhovah.
Comme les fondateurs des Témoins de Jéhovah (qui prévoyaient la fin du monde pour 1914, puis, quand celle-ci n'eut pas eu lieu à cette date, pour 1925, puis, évidemment, pour une date indéterminée), les premiers chrétiens croyaient en une fin du monde imminente.
C'est la raison pour laquelle l'Apocalypse a été écrite.
Pour fouetter la foi des fidèles et la raffermir en quelque sorte.
Ce livre décrit les événements qui auraient lieu bientôt après sa rédaction : les méfaits de l'Antéchrist, le retour du Christ pour son règne terrestre après son triomphe sur cet Antéchrist, puis la fin du monde et le Jugement dernier.
(Non je ne décris pas la défaite de George W Bush (l'Antéchrist), l'avènement de Barack Obama (le Messie) et la fin des malheurs du monde, quoique le jour et la ferveur actuelle des foules universelles devraient me porter à le faire)
Lors de notre voyage en Grèce, nous avons visité sur l'île de Patmos, la grotte où saint Jean, le présumé auteur de l'Apocalypse, aurait écrit celle-ci.
Ci-dessus, sur la première photo, une mosaïque, placée au-dessus de la porte d'entrée de cette grotte, en annonce l'aspect.
Sur la deuxième photo des touristes en train de franchir cette entrée.
Remarquez sur la mosaïque les trois crevasses dans la paroi de la grotte au-dessus de la tête de saint Jean en train d'écrire : ces crevasses auraient été produites par la voix de Dieu dictant le livre.
Voici les crevasses réelles.

Voici une vue plus vaste de la grotte. À droite, en bas, entourée par une clôture dorée, le trou dans la paroi où saint Jean plaçait sa tête quand il dormait.

Évidemment, la fin du monde n'arrivant pas, des manœuvres de remplacement ont été effectuées par ceux qui, éventuellement, allaient bénéficier du christianisme : un clergé s'est mis en place et des structures d'ordre ont été établies afin d'organiser la longue attente qui s'annonçait et permettre, entretemps, au clergé de la riche Église née de la prophétie démentie de jouir agréablement du temps, en attendant la toujours fuyante (et de plus en plus improbable) éternité, comme l'a fait à sa manière le mouvement des
Témoins de Jéhovah.Ainsi que l'écrivit, à la fin du 19e siècle, Alfred Loisy (qui fut excommunié et vilipendé pour ses écrits, si véridiques pourtant, par ceux-là mêmes qui prétendent être soumis à la loi d'amour et de pardon des offenses de Jésus-Christ):
Le Christ a annoncé le Royaume,
mais c'est l'Église qui est venue.

Les églises chrétiennes sont toutes des pis-allers autant qu'elles sont.
Et, je dirais, toutes les religions issues du judaïsme après la venue de Jésus-Christ, y compris l'Islam.

* Millénariste: qui annonce la fin du monde comme prochaine.

1 commentaire:

orfeenix a dit…

Ce que l' Eglise fait de l' imaginaire chrétien est parfois révoltant, en revanche cette terreur ancestrale de la fin du monde est assez touchante, la fin de notre monde personnel est déjà angoissante en soi...

Publier un commentaire