dimanche 21 décembre 2008

Noël en Provence - nos santons

Qui dit Noël en Provence dit «santons», c'est-à-dire une crèche (qu'on dit avoir été inventée par saint François d'Assise au début du 13e siècle) et tous les éléments habituels d'une crèche (Marie, Jésus, Joseph, le bœuf et l'âne, les moutons, les bergers, les rois mages) auxquels s'ajoutent des personnages traditionnels de la Provence (tambourinaire, porteuse de bois, fermier, fermière, bûcheron, Arlésienne, Gitane, etc.) et des objets et bâtiments provençaux (moulins à vent, puits, cyprès, etc.).
Voyez dans cet article de Wapedia une énumération des principaux santons.
Nous ne pouvions pas revenir de Provence sans santons.
Mais puisque la place dans nos bagages était limitée nous nous sommes décidés à acquérir des santons de 3 centimètres seulement.
Nous avons des éléments et santons fabriqués par Paul Fouque d'Aix-en-Provence et par Jouve de Luynes.
Les voici (en haut de cette note et ci-dessous) bien imparfaitement photographiés: nous les avons avec nous depuis presque quarante ans maintenant et aucun n'a été cassé même par notre chatte Zoé dont le rêve de chaque Noël était de se servir de chacun des santons pour jouer avec ses pattes de velours une sorte d'endiablée partie de hockey.
Remarquez dans la photo du haut, devant la crèche, le maire républicain qui cherche à faire un discours. Et sur la photo ci-dessous le curé qui s'acharne à rester devant son église plutôt que de s'avancer vers la crèche, reflet de l'attitude très réservée de l'Église catholique quand saint François a inventé la crèche.

(Cliquez les images pour zoomer et mieux voir)

Voici un noël (c'est ainsi qu'on appelle les chants de Noël) qui a eu une grande carrière puisque Georges Bizet s'en est servi pour créer une farandole dans «L'Arlésienne», que je vous présente aussi:








La farandole est interprétée par l'orchestre royal du Concertgebouw dirigé par Mariss Jansons.

Et voici les paroles françaises du noël (les paroles provençales sont plus bas):

La Marche des Rois

De bon matin,

J'ai rencontré le train
De trois grands Rois qui allaient en voyage,
De bon matin,
J'ai rencontré le train
De trois grands Rois dessus le grand chemin.

Venaient d'abord les gardes du corps,
Des gens armés avec trente petits pages,
Venaient d'abord les gardes du corps
Des gens armés dessus leurs just'au corps.

Puis sur un char,
Doré de toute part,
On voit trois rois modestes comme d'anges
Puis sur un char,
Doré de toute part
Trois rois debouts parmi les étendards.

L'étoile luit
Et les Rois conduit,
Par longs chemins,
Devant une pauvre étable,
L'étoile luit
Et les Rois conduit,
Par longs chemins devant l'humble réduit.

Au fils de Dieu
Qui naquit en ce lieu
Ils viennent tous présenter leurs hommages,
Au fils de Dieu
Qui naquit en ce lieu
Ils viennent tous présenter leurs doux vœux.

De beaux présent,
Or, myrrhe et encens
Ils vont offrir au maître tant admirable
De beaux présent,
Or, myrrhe et encens
Ils vont offrir au bienheureux enfant.


Voici les paroles provençales dont je ne présente que les quatre premières strophes (si vous vous étonnez que je vous présente ainsi les paroles dans une langue que vous considérez comme morte ou à peine vivante, sachez que je considère la disparition d'une langue comme une catastrophe aussi grande -et un crime aussi grand pour ceux qui en sont les auteurs- qu'un génocide humain et que je travaillerai toujours pour qu'aucune langue ne meure et pour que toutes les langues mortes ressuscitent):

La Marcho di Rei
De matin,
Ai rescountra lou trin
De tres grand Rèi qu'anavon en vouiage ;
De matin,
Ai rescountra lou trin
De tres grand Rèi dessus lou grand camin.
Ai vist d'abord
De gardo cors,
De gènt arma em'uno troupo de page,
Ai vist d'abord
De gardo cors,
Tóuti daura dessus si just-au-cors.


Li drapèu,
Qu'èron segur fort bèu,
I ventoulet servien de badinage
Li camèu,
Qu'èron segur fort bèu,
Pourtavon de bijout tóuti nouvèu ;
E li tambour,
Pèr faire ounour,
De tèms en tèms fasien brusi soun tapage ;
E li tambour,
Pèr faire ounour,
Batien la marcho chascun à soun tour.


Dins un char
Daura de touto part,
Vesias li Rèi moudèste coume d'ange ;
Dins un char
Daura de touto part,
Vesias brilla de richis estendard ;
Ausias d'auboues,
De bèlli voues
Que de moun Diéu publicavon li louange ;
Ausias d'auboues,
De bèlli voues
Que disien d'èr d'un amirable choues.


Esbahi
D' entèndre acò d'aqui,
Me siéu renja pèr vèire l'equipage ;
Esbahi
De vèire acò d'aqui,
De Iiuen en liuen lis ai toujour segui ;
L'astre brihant
Qu'èro davan,
Servié de guide en menant li tres Rèi Mage ;
L'astre brihant
Qu'èro davan,
S'arrestè net quand fuguè vers l'Enfant.

3 commentaires:

filledufeu a dit…

Merci pour cette couleur locale,si par hasard vous ne la connaissiez pas,il existe une version de la pastorale Maurel délicieuse avec le texte original en languedocien et la traduction.

Jack a dit…

Merci. Pourriez-vous me donner l'adresse Internet de la pastorale?

filledufeu a dit…

Hélas je n'ai pas d'adresse internet à fournir diposant d'une vieille édition! il existe une jolie version de la chorale Gabriel Fauré que l' on trouve sur amazone, mais ce n'est pas le genre qui soit disponible au teléchargement...

Enregistrer un commentaire