samedi 17 mai 2008

Rendez à César ce qui est à César

Je vous présente une monnaie (recto-verso) de l'empereur Tibère. Elle est en vente sur eBay.
Je ne m'intéresse pas particulièrement à Tibère quoique ce soit le seul empereur romain qui ait exigé de ne pas être divinisé après sa mort: il était incroyant et pensait que cette « apothéose » (terme d'origine grecque équivalent du terme « divinisation », d'origine latine) était absurde.
Je m'intéresse plutôt à l'empereur Hadrien -qui me semble un esprit complet- et à l'empereur Julien dit l'Apostat. Son surnom vous révèlera pourquoi je m'intéresse à lui si vous réfléchissez un peu. Je reviendrai ultérieurement sur ces deux empereurs.
Si je vous parle des monnaies de Tibère aujourd'hui c'est pour vous signaler une forte spéculation sur ces monnaies (particulièrement sur les deniers de Tibère), sur eBay mais aussi chez les marchands de monnaies. Ces deniers y atteignent des prix faramineux.
Pourquoi cette spéculation?
Les Chrétiens parmi vous connaissez sûrement (?) ce passage de l'Évangile de Matthieu où les Pharisiens demandent à Jésus s'il faut payer l'impôt à César: il s'agit pour eux de le déconsidérer aux yeux des nationalistes juifs qui détestent les Romains qui occupent leur pays.
Jésus leur demande de lui montrer un denier et voyant la figure qui y est gravée il leur dit: « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! »
Car c'est la figure de César qui est gravée sur le denier.
Ce César, les superstitieux Chrétiens, lecteurs attentifs de l'Évangile (c'est-à-dire surtout les évangélistes états-uniens et, en général, les Protestants de ce pays) ont déduit que c'était Tibère puisque c'était Tibère qui était empereur romain à l'époque de la vie publique de Jésus.
En cherchant à acquérir les deniers de Tibère ils s'imaginent avoir éventuellement la chance de tomber sur celui que Jésus a vu, a peut-être touché. Ils croient en tirer des grâces spéciales (ou bien -ils ont l'esprit pratiques ces évangélistes-, de l'argent supplémentaire?).
Qu'en pensez-vous?
Pour ma part c'est ce que Jésus a dit (selon l'évangéliste Matthieu) qui m'intéresse.
En invitant les gens à distinguer ce qui appartient à César
et ce qui appartient à Dieu, Jésus a peut-être lancé un message à ceux qui veulent se servir de leur foi dans des circonstances profanes comme des séances de conseil municipal (voir note sur le petit maire de Saguenay), ou pour déclencher des guerres, ou pour faire valoir un point de vue politique, ou pour effectuer des attentats-suicide: cela n'est pas l'affaire de Dieu (s'il existe) et il ne faut pas, dans ces circonstances, quand on est vrai croyant chrétien, invoquer son nom en vain (autre commandement divin selon la Bible cette fois).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire