lundi 11 juillet 2011

«Frites-sauce» au Restaurant Gosselin de Jonquière

Dans son blogue, Denise Pelletier (avec laquelle j'entretiens les relations que vous savez si vous avez fréquenté mon blogue dans le passé) parle du défunt « Restaurant Gosselin » à Jonquière (voyez ici).
Elle en parle à son point de vue et nomme parmi les plats qu'elle y consommait volontiers les « scampis », nommés ainsi en italien à cause de l'influence étasunienne sur notre langue à cette époque (c'était des langoustines)
Elle y montre une version miniature de l'apparence intérieure et extérieure du bâtiment qu'occupait ce restaurant qui a fait les beaux jours de mon adolescence et du début de mon âge adulte (je dirais jusque dans les années quatre-vingt).
Je vais vous présenter une autre vue, la moins miniature possible, de cet intérieur et de cet extérieur.
Voici la vue extérieure, agrandie:

Et voici, agrandi aussi, le coin supérieur gauche de cette photographie empruntée à une carte postale (vendue 7 livres sterling sur eBay et en provenance d'Angleterre...):

Ce coin a un peu souffert de l'agrandissement photographique (excusez-moi) mais on y voit les « loges » (comme on les appelait) où l'on prenait place avec, au fond de chaque loge, le petit appareil à combinaisons qui permettait de commander à distance le jukebox central.
Les couleurs sont à peu près exactes et l'on voit même, au centre, sur le mur du fond, l'entrée de ce qu'on appelait la salle à manger, plus chic et ouverte seulement aux heures des repas.
Dans la partie que l'on voit au premier plan c'était le «
service continu » comme on dit en Europe car cela n'a pas de nom en Amérique où, immémorialement, la majorité des restaurants servent des mets (sinon des repas) à toute heure du jour et (presque) de la nuit.
(L'absence de ce «
service continu » universel est une des choses qui nous a le plus surpris lors de notre arrivée en France en 1970).
Adulte, je ne détestais pas du tout les « scampis » dont parle
Denise Pelletier mais ce n'était pas un plat d'adolescent (trop cher !) et, surtout, un plat du moment de la soirée où nous entrions en bande chez Gosselin (par l'arrière car c'était là que se trouvait le stationnement où notre ami Paul Lamarre garait l'immense voiture General Motors* que son père lui prêtait : on ne voit pas la porte arrière sur la photo).
Mon plat à moi c'était le «
frites-sauce** », le véritable ancêtre, selon moi, de ce qu'on appelle maintenant la « poutine » et qui est simplement un « frites-sauce » auquel quelqu'un (je dirais de mal intentionné à l'égard de la santé de ses clients) a eu l'idée saugrenue d'ajouter du fromage en grains.
Je n'ai jamais retrouvé de «
frites-sauce » aussi bon que celui du « Restaurant Gosselin ». 
Était-ce la sauce, peut-être maison ? Était-ce l'adolescence ? Est-ce le regret du temps passé ? Je ne sais.
Un ami, Jacques-Gilbert Tremblay, préférait quant à lui un dessert, la «
Lemon Cream Pie*** » (c'était le nom qu'on lui donnait en ce temps-là), la « tarte au citron meringuée » que tous ceux qui avaient un petit creux après le « frites-sauce » (cela m'arrivait souvent à cette époque) ne dédaignaient pas d'ajouter à leur commande. Voici à quoi elle ressemblait :

Le temps s'est enfui où nous pouvions manger autant en restant aussi maigres que si on ne mangeait jamais.

* On me prie de rectifier: la voiture dont il est question n'était pas une « General Motors » mais une Chrysler Desoto 1957 (page en anglais au bout de ce lien) qui ressemblait en vert à celle-ci :




** Ce « frites-sauce » ne ressemble pas à ce qu'on appelle ainsi en Belgique. La sauce, une sauce à « sandwich au poulet chaud » ou une sauce à l'oignon, était versée sur les frites. Peut-être le plat aurait-il dû s'appeler « frites à la sauce ». Trop tard !
 

*** Il aimait aussi la « Coconut Cream Pie », peut-être même l'aimait-il davantage : la « tarte meringuée à la noix de coco ». Vous voulez en voir une pointe, comme on dit au Québec ? 

Seulement à la regarder, notre taux de cholestérol s'accroît. La tarte est d'origine étasunienne, comme, sans doute, le cholestérol.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire