dimanche 20 mars 2011

iPocalypse

Ce mot,« iPocalypse » (forgé à partir d'« apocalypse », comme vous vous en doutez bien), a été proposé récemment pour décrire le nouvel ordre mondial établi par la mise à la disposition de tous d'outils naguère réservés aux professionnels de l'écriture.
Il s'agit des outils fournis par la Toile et qui permettent à tout un chacun -ignares comme savants ou comme ... cuistres- « d’écrire, de lire, de chercher, de produire » (c'est une petite citation du billet (ici) de « La République des livres » où j'ai trouvé ce mot).
On pourrait ajouter « blogue », « Facebook », « Twitter », que sais-je encore?
Il y a dans ce mot l'idée de « catastrophe » qu'il y a dans « apocalypse » et c'est le sens habituel dans la langue commune d'« apocalypse ».
Et la mise à la disposition de tous de ces outils est peut-être une catastrophe pour ces professionnels dont je parlais puisqu'elle le oblige à écrire autrement ou à se taire.
Mais il faut se rappeler qu'étymologiquement « apocalypse » signifie « mise à nu », «enlèvement du voile» ou «révélation».
Cette « iPocalypse », « Wikileaks » en fait partie et elle ne constitue pas une catastrophe seulement pour les professionnels de l'écriture mais aussi pour les professionnels de la désinformation, comme vous avez pu le voir.

Pour les citoyens, l'« iPocalypse » est « mise à nu », « enlèvement du voile », « révélation » de la vérité ou, du moins, une chance de l'être.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire