lundi 29 juin 2009

Erreurs signifiantes de manière multiple

Cette page (la page 28) du numéro 41 des «Collections de l'Histoire» (octobre-décembre 2008) de la revue «L'Histoire» que je viens de lire (la page couverture numérisée est en bas).
J'ai encadré un paragraphe, celui-ci:


Il y a des erreurs dans ce paragraphe: David n'est pas le petit-fils de Saül et Salomon n'est pas le fils de Saül mais le fils de David.
Ces erreurs signifient un certain nombre de choses.
1. L'historien interviewé, Jacques Le Goff, a négligé de relire et de vérifier le texte de l'interview qu'il avait accordée;
2. Ou la rédaction du numéro a négligé de le lui faire relire et, éventuellement corriger;
3. L'auteur de l'interview, Véronique Sales, peut être soupçonnée de ne rien connaître à la Bible et, pour cette raison, de n'avoir pas bien compris ce que Jacques Le Goff lui disait (je n'ose soupçonner Jacques Le Goff d'une telle ignorance);
4. Dans les milieux qui tournent autour des spécialistes de l'histoire (ou chez les historiens eux-mêmes?) et dans les milieux de vulgarisation de l'histoire (comme dans la revue à laquelle nous avons affaire) la civilisation judéo-chrétienne est bel et bien en voie de disparition*.
5. La rigueur intellectuelle est également en voie de disparition.
Une petite vérification dans Wikipédia ( pour Saül, pour David et pour Salomon) aurait évité cette erreur et le discrédit qui en est la conséquence.
Voici tout de même la page couverture promise qui pourrait faire l'objet de quiz (qui est représenté sur telle ou telle image ou sur telle ou telle photo?)


Je me demande pourquoi on emploie «Érasmus» plutôt qu' «Érasme» dans le titre du numéro: n'est-ce pas par un désir pseudo-européen mal dirigé -qui n'est au fond qu'un désir anglomaniaque?
En français on ne dit pas «London» mais «Londres», on ne dit pas «Roma» mais «Rome» et on ne dit pas «Érasmus» mais «Érasme». Etc.
À moins qu'on ne désire ressusciter le latin comme «lingua franca» (Erasmus est en latin au cas où vous ne le sauriez pas).
Ou les langues antiques en général.
Si oui pourquoi pas «Hêródotos» plutôt qu'«Hérodote»?
C'est ainsi qu'on disait en Grèce (et non pas «Greece»). Comme vous en doutez bien, je préfèrerais «
Ἑλλάς».

* La disparition de l'aspect religieux de cette civilisation n'est pas pour me déplaire, rassurez-vous: il a été le prétexte à tant de persécutions, d'exécutions et de massacres, malgré le message d'amour dont il était censé être le porteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire