vendredi 29 août 2008

L'Esprit et la Nature des choses, des êtres et des personnes

Pour faire suite à la pensée de Shakespeare que je vous rapportais dans cette note (clic) où il est question de la définition du bien et du mal, il y a ce premier ready-made de Marcel Duchamp, créé à New York en 1917, et qu'il avait intitulé «Fontaine» et signé «R. Mutt».
Manifestement cette «fontaine» est un urinoir renversé, comme vous pouvez le voir dans la photo ci-dessous.
Mais cet urinoir se conforme à la théorie du ready-made selon laquelle

«de simples objets deviennent œuvre d'art par le choix conscient de l'artiste, et a fortiori, son exposition dans un contexte muséographique».


Dans la perspective inaugurée par cette nouvelle (???) conception de l'œuvre d'art, ce n'est pas seulement pour le bien et pour le mal que l'esprit décide mais pour la nature même des choses (peut-être pour la nature des êtres, voire des personnes): une chose quelconque n'est pas ce qu'elle est (disons ce qu'elle semble être) mais ce que l'esprit décide qu'elle est.


Et l'esprit, en l'occurrence, c'est aussi le sentiment: voyez quelle différence il y a dans la perception que nous avons d'une personne entre le moment où nous l'aimons passionnément et le moment où nous ne l'aimons pas encore ou bien le moment où nous ne l'aimons plus.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire