dimanche 24 août 2008

L'Éducation d'une jeune fille juive aux environs de la naissance de Jésus-Christ

Le thème de l'«éducation de la Vierge» -qui a maintes fois été traité dans l'art chrétien depuis 2000 ans -pour le constater cliquez ici)- me semble faire l'objet de beaucoup d'attention à l'intérieur de l'église Notre-Dame de Laterrière (eh oui! encore cette église où un dernier concert du «Rendez-vous musical» de cette année (je place la page couverture du programme au bas de cette note) aura lieu ce soir avec deux interprètes originaires du Saguenay-Lac Saint-Jean mais faisant carrière en Europe, Marie-Ève Munger (il va vous falloir dérouler la fenêtre jusqu'à la biographie de celle-ci) et Jean-François Lapointe).
Dans la chapelle de gauche (de droite si on se place dans le chœur), il y a un tableau et un groupe de statues exploitant ce thème. Voici les deux:

Dans le tableau qui manque (excusez-moi) un peu de précision (manifestement une copie mais je n'ai pu retrouver l'original sur Internet, le connaissez-vous?) derrière la statue couronnée de la Vierge, en haut, on voit la mère de la Vierge -sainte Anne- vérifiant les capacités de lecture de celle-ci sur un parchemin déroulé. Derrière elles, il y a la silhouette de saint Joachim, le père de la Vierge (notez que ni sainte Anne, ni saint Joachim n'apparaissent dans les Évangiles et que je me demande comment ils peuvent être des saints puisqu'ils n'ont pas été baptisés).
Le groupe de statues de la Vierge et de sa mère traite exactement du même thème.
Manifestement il s'agit là d'une réécriture rétrospective de l'histoire car, selon vous, combien de chances il y a qu'une petite juive vivant en Palestine il y a 2000 ans ait appris à lire, et que sa mère ait appris à lire, voire que son père ait appris à lire?
Aucune (à moins que le père n'ait été prêtre).

Et, selon vous, combien de chances que Jésus lui-même ait appris à lire?
Tant qu'à y être, posons la question: Dieu lui-même (s'il existe) sait-il lire? Et pourquoi? Pour lire des romans dans ses moments de loisirs?
Que d'absurdités nous permet de pressentir la fréquentation d'une si jolie petite église, n'est-ce pas?
Mais voici la page couverture promise:


Et voici les photos des interprètes du programme de ce soir (en seconde partie deux airs de Charles Gounod, des extraits de «Hamlet» d'Ambroise Thomas, des extraits de «Véronique» d'André Messager; en première partie, des mélodies de Reynaldo Hahn, de Gabriel Fauré, de Claude Debussy et d'Henri Duparc).
















Et voici la photogaphie de Michael McMahon, l'excellent pianiste qui les accompagnait ce soir.
On peut trouver un compte rendu du concert (ma femme a été, de profession, critique d'art et critique de spectacles et, la plupart du temps, elle me convainc de la justesse de ses opinions).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire