jeudi 22 août 2013

Seul ce qu'on n'a pas nous semble intéressant

Crédit photo : Erich Lessing/Magnum

Cette photo date de 1960 et a été prise sur la plage adriatique de Cesenatico, en Italie.
Elle serait représentative de l'attitude de l'homme marié italien à l'égard de son épouse, quel que soit l'âge ou la beauté de celle-ci : ce qu'on a ne mérite pas d'être pris en considération, les copains passent d'abord (et puis les autres femmes dont on peut parler avec eux).
(C'est assez curé comme idéologie ! )
Justement, ces trois hommes regardent sans doute d'autres femmes qui paradent ou posent à leur droite et s'apprêtent, non à leur parler, mais à parler d'elles avec leurs deux copains.
Les femmes de deux d'entre eux n'ont rien à dire sur cela et n'ont, comme celle qui n'est pas là, qu'à rentrer si elles s'ennuient.
Je trouve la photo assez exacte pour ma part, du moins elle semble correspondre aux petites observations que j'ai pu faire.
Comme partout, seul ce qu'on n'a pas nous semble intéressant.
Et que les hommes italiens ont tous un naturel de curé.
Quel malheur que l'on exige de la théologie car, sans cette exigence, tous les Italiens recevraient évidemment le sacrement de l'ordre (quel nom !) et l'Italie arroserait le monde de son pléthorique clergé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire