mardi 13 août 2013

La belle prisonnière impatiente de l'Anse-Saint-Jean

Ma femme et moi étions des photographes rivaux lors de notre excursion à l'Anse-Saint-Jean dimanche dernier (le blogue de ma femme est ici).
Cette chaloupe bleue esseulée près du quai a particulièrement titillé nos appareils photo.
Vous voyez ci-dessus la première photo que je veux vous présenter d'elle.
Elle est consacrée à la beauté de la chaloupe.
Mais cette photo est un zoom.
Voici la photo dont je l'ai tirée :

Vous ne voyez la chaloupe que comme un minuscule détail dans cette vue du quai de ce magnifique village sur le bord des eaux bleues du Saguenay.
Elle aurait été perdue, vous en conviendrez, si je n'avais pas recadré la deuxième photo pour zoomer sur elle et vous en montrer la beauté.
J'ai produit une autre photo (pas pris, produit car elle aussi a été tirée d'une autre photo présentant un panorama plus vaste) pour vous faire ressentir les sentiments que j'ai projetés sur elle :

 La chaloupe est comme liée au rivage par deux câbles à l'avant et à l'arrière.
Elle est prisonnière, à deux coups de rames de la liberté de l'eau bleue du fjord.
Elle attend avec impatience (j'imagine) la marée qui lui permettra de flotter et d'être enfin ce pourquoi elle a été créée.
En attendant d'être libérée peut-être et de faire un long voyage.
C'est la belle prisonnière impatiente de l'Anse-Saint-Jean :



Aucun commentaire:

Publier un commentaire