samedi 25 octobre 2014

Vulgaire pays

Le livre qui porte ce titre » Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France vulgairement dite Canada », a été écrit par Pierre Boucher, l'un des premiers immigrants Français en Nouvelle-France au 17e siècle qui deviendra éventuellement le seigneur d'une seigneurie qui portera son nom : « Boucherville ».
Le « pays de la Nouvelle-France vulgairement dite Canada », écrit-il dans le titre de son livre,
Oui je sais, bien sûr, que le mot « vulgairement » a un autre sens au 17e siècle  que celui qu'il a à présent mais il me plaît qu'on puisse aujourd'hui penser que le mot « Canada » est une appellation vulgaire de la Nouvelle-France, étant donné ce que la Nouvelle-France sous l'appellation de Canada est devenue maintenant : un pays effectivement vulgaire, aux mains d'évangélistes anglo-saxons (qui d'autres ?) obtus, élus par une majorité d'électeurs, évidemment, eux aussi, majoritairement anglo-saxons et obtus, et dont le seul projet national est d'abaisser les impôts et de maculer la Terre de sale pétrole.
Pays vulgaire, on ne saurait mieux dire !
Voici le manoir des seigneurs de Boucherville (ce manoir, lui, n'est pas vulgaire) élevé par les descendants de Pierre Boucher en 1740 :

Les seigneurs en Nouvelle-France ne construisaient pas de ruineux châteaux aux dépens de ceux à qui ils attribuaient des terres, comme les nobles en France ou les anoblis en Angleterre, voire dans l'Ancien monde tout entier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire