lundi 22 avril 2013

Traductions de m....

Une des « traductions de merde » (excusez l'expression) de la page Facebook du même nom (ici). 
Il y en a de toutes sources linguistiques et de toutes destinations. Elles illustrent à quel point on peut se tromper en économisant sur le traducteur (ou la traductrice).
Je ne sais pas si la loi permet de « prostituer » des contrevenants.
En Chine peut-être, le pays des « traductions de merde ».
On trouve aussi, dans cette même page, cette proposition pour le moins scabreuse :

 Vraiment, des spécialistes de la masturbation au sein du personnel ?
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire