dimanche 26 avril 2009

Quand on est chat

Avec notre œil toujours anthropomorphe on se dit en regardant cette photo un peu floue: «Ô les charmants chatons l'un tenant l'autre par le cou et tous deux regardant dans la même direction! Quels amis!»
(Ils sont petits et, donc, sans doute pas amoureux. De toute façon, les amours de chats ne comportent habituellement pas l'affection qui semble apparaître ici)
Mais qu'en est-il en réalité de cette apparente amitié?
N'est-ce pas plutôt une pause dans un jeu de combat sans merci?
Qui sait?
Qui connaît assez les chats pour le savoir?
Voici un poème de Jacques Roubaud qui semble vouloir percer encore une fois l'énigme:

Quand on est chat on est pas vache
On ne regarde pas passer les trains
En mâchant des pâquerettes avec entrain
On reste derrière ses moustaches
(Quand on est chat on est chat)

Quand on est chat on est pas chien
On ne lèche pas les vilains moches
Parce qu'ils ont du sucre plein les poches
On ne brûle pas d'amour pour son prochain
Quand on est chat on est pas chien
On passe l'hiver sur le radiateur
(Quand on est chat, on est pas chien).

On passe l'hiver sur le radiateur
A se chauffer doucement la fourrure
Au printemps on monte sur les toits
Pour faire taire les sales oiseaux
On est celui qui s'en va tout seul
Et pour qui tous les chemins se valent
(Quand on est chat, on est chat).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire