mercredi 5 mars 2014

Des vêtements « désacralisants »

Alexis Persani et Léo Caillard ont vêtu une sculpture d'habitude nue du Louvre (de Louis Boizot) représentant Méléagre, un héros de la mythologie grecque.
Les vêtements estivaux sont vraiment contemporains (denim et coton) et font ressembler Méléagre à un jeune homme moderne.
Il est juste un peu pâle.
Cela désamorce la mythologie et montre que les dieux, quand on les vêt comme les humains qu'ils sont, n'ont plus rien de divin.
L'opération est l'inverse de celle qu'on a effectuée sur Jésus : depuis 2 000 ans on a vêtu le jeune Juif irrespectueux des autorités établies et des hiérarchies religieuses et politiques des oripeaux d'un dieu grec, lui prêtant résurrection, miracles et origine divine, et on l'a ainsi transformé en dieu.
En vêtant Méléagre comme on l'a fait, on a transformé un fils d'Arès, le dieu de la guerre, en simple humain.
Voyez la statue où Méléagre était fils de dieu :


Et voyez Jésus-Christ « désacralisé », « dé-divinisé » par eux :

 C'est un peu plus le fils de l'entrepreneur en construction Joseph, ne trouvez-vous pas ?
Voyez Jésus-Christ sous la forme d'un dieu grec (c'est un crucifix en bois de Michel-Ange où le proclamé fils de Dieu est entièrement nu mais où il n'est pas juif mais grec car il n'est pas circoncis comme tout juif devait (et doit encore) l'être (mais le David ne l'est pas non plus, tout roi juif qu'ait été son modèle : le christianisme a transformé tous les Juifs en Grecs) :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire