mardi 25 mars 2014

Nul n'est plus désespérément esclave que ceux qui se croient libres sans l'être.

Une citation de Gœthe qui s'applique parfaitement au peuple québécois, dont j'ai déjà dit qu'il souffrait du syndrome de Stockholm *, manière plus médicale de dire exactement ce que dit Gœthe.
« Nul n'est plus désespérément esclave que ceux qui se croient libres sans l'être. »
Quelle vérité !

« Le syndrome de Stockholm désigne un phénomène psychologique où des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers développent une empathie, voire une sympathie, ou une contagion émotionnelle avec ces derniers. » Wikipédia
Exactement ce qui se passe avec les otages québécois (voire les Francophones qui vivent à l'extérieur du Québec) et leurs geôliers canadiens, depuis deux siècles et demi. 
Excepté les otages durs à cuire !

P. S. J'étais insatisfait de la traduction de la phrase de Gœthe citée dans l'image ci-dessus.
Je vous en propose deux autres qui me satisfont davantage :

1. Une traduction d'esprit plus moderne :



 2. Une autre plus conforme à l'originale :






Aucun commentaire:

Publier un commentaire