mercredi 11 novembre 2015

Phare ogival

C'est un phare médiéval, sans doute élevé sur la côte d'Irlande si j'en juge par son style ogival particulier et par la beauté du paysage. 
Si beau qu'on oublie tous les massacres et le génocide qui ont eu lieu sur ces terres pendant tant de siècles.
Je ne sais pas jusqu'à quel point sa faible lumière a évité des naufrages.
Mais il est si beau que les vaisseaux perdus dans la tempête devaient inciter leur équipage à venir admirer sa beauté plutôt qu'à fuir un éventuel naufrage.
Ses gardiens (s'il en avait) devaient ressembler à celui de Prévert :

Le gardien du phare aime trop les oiseaux

Des oiseaux par milliers volent vers les feux
Par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
Par milliers aveuglés par milliers assommés
Par milliers ils meurent.

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
Les oiseaux il les aime trop
Alors il dit tant pis je m’en fous
Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
Un cargo venant des îles
Un cargo chargé d’oiseaux
Des milliers d’oiseaux des îles
Des milliers d’oiseaux noyés.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire