vendredi 27 novembre 2015

L'étonnante mer violette d'Homère et des Anciens

Une autre amorce d'intéressante discussion tirée du compte rendu, dans « Books », du livre « Through the Language Glass » (page en anglais au bout de ce lien) de Guy Deutscher (idem) à propos de la perception des couleurs chez les locuteurs de différentes langues (ici) et en particulier chez les locuteurs des langues anciennes :

De quelle couleur est la mer ? La question n’a rien d’une colle. Mais le poète grec Homère * (s’il a jamais existé) aurait répondu violet.
Dans Through the Looking Glass (sic), le linguiste Guy Deutscher essaie de déterminer si les couleurs sont façonnées par la nature ou par notre culture. Il passe en revue les nombreuses théories sur le sujet.
Homère utilise l’expression « sombre comme du vin » pour qualifier la mer ou des bœufs, et l’adjectif « violet » non seulement pour la Méditerranée mais aussi pour la laine et le fer, tandis que le miel, le visage et le bois sont choros, verts. Lord Gladstone, le premier à découvrir, en 1858, cette incohérence dans les textes antiques, en conclut que « les organes impliqués dans la perception des couleurs et leurs sensations n’étaient que faiblement développés parmi les Grecs de l’âge héroïque ». Vingt ans plus tard, l’ophtalmologue allemand Hugo Magnus suggère, lui, dans un essai intitulé « L’évolution historique de la vision des couleurs », que les facultés visuelles des Anciens étaient comparables à celles de l’homme moderne au crépuscule, avec une distinction limitée entre les couleurs. Une théorie qui sera bientôt chassée par une hypothèse nouvelle et ses suivantes.
Dans les années  1930, le linguiste américain Leonard Bloomfield assure que le spectre continu des couleurs est découpé de façon arbitraire différemment dans chaque langue. Guy Deutscher soutient, pour sa part, qu’aucun langage n’est intrinsèquement limité. Si le terme précis n’existe pas et que le locuteur ne prend pas la peine de le forger, c’est qu’il n’en a pas besoin.  


* Et cela nonobstant le fait qu'Homère ait été aveugle, selon la légende : tous les Grecs anciens décrivaient la mer violette comme il le fait !

P. S. Voici la jaquette du livre dont il est question : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire