vendredi 16 octobre 2015

Les processus de la création du monde par notre cerveau

http://www.culinate.com/books/book_reviews/neurogastronomy
Voici les premiers paragraphes du compte rendu de ce livre dans le magazine « Books » (ici), « Neurogastronomy. How the Brain Creates Flavor et Why It Matters » de Gordon M. Sherperd (page en anglais au bout de ce lien):

Les mondes que nous voyons, entendons, touchons, sentons et goûtons existent de manière indépendante mais nous ne les connaissons que par la fabrique de notre cerveau. Les couleurs que nous voyons n’existent pas en dehors de la perception que nous en avons. Les mots et les phrases que nous pensons entendre sont un magma de sons, de sifflements, de grognements et de silences. À partir d’une variété de signaux externes, notre cerveau crée quelque chose qui n’est pas là objectivement. En faisant cela, il nous aide à comprendre et modifier notre environnement.

Les longueurs d’onde de la lumière et les variations de pression des ondes acoustiques ont des caractéristiques physiques très précises qui peuvent être mesurées. Nous savons que notre rétine est sensible à différentes ondes de la lumière et que la structure spiralée de l’oreille interne réagit à différentes fréquences sonores.
Aussi informatif que stimulant, le nouveau livre de Gordon M. Shepherd explique comment le cerveau crée nos sensations de l’odorat et du goût. Contrairement aux autres expériences sensorielles – la vue, l’ouïe et le toucher –, les récepteurs responsables de la création cérébrale des odeurs et des goûts ne réagissent pas à des formes spécifiques, comme les objets ou les tableaux qui stimulent notre système visuel ou les ondes sonores qui stimulent nos récepteurs auditifs.
Ainsi notre sens du toucher repose sur les impulsions de cellules nerveuses situées dans la peau qui ressentent tout, de la douleur à la température. Quant à la perception des saveurs, c’est un processus multisensoriel et interactif. 

Comme vous le voyez, ce livre parle essentiellement de la manière dont notre cerveau crée les saveurs mais il parle aussi de la manière dont notre cerveau crée le monde en utilisant chacun de nos sens. 
Cela parle aussi, mais de manière « inférentielle », si vous me permettez le mot, de la manière dont notre cerveau peut éventuellement créer de toute pièce des mondes qui n'existent pas de manière indépendante de nous mais sont de purs produits de l'imagination.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire