mardi 6 octobre 2015

Ils fuient.

Voilà ! Nous sommes au temps où ces oiseaux nous fuient.
Pas tellement nous que le froid qui va bientôt nous engloutir peut-être à jamais ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire