samedi 19 septembre 2015

Les sauveurs à la poursuite de leur égo, comme leurs disciples

Il y a quelques années, voire seulement quelques mois, j'aurais simplement (et superficiellement) présenté cette image comme autre autre variation sur « La Cène » de Léonard de Vinci, une variation faite en fonction de la mode, celle des « égophotos » (c'est le mot que je préfère à « égoportrait » qui me semble inapproprié puisque le mot « portrait » n'implique pas nécessairement d'appareil-photo alors qu' « égophoto » en implique nécessairement un, comme le mot « photo »).
Cette égophoto en forme de variation sur « la Cène » me semble maintenant comporter une pertinente critique à l'égard de ceux qu'on pourrait appeler les  « sauveurs », ceux qui, pour une raison ou pour une autre, se transforment en champions d'une cause en en profitent pour se transformer en même temps en vedette. 
Et nous persécutent de leur apparitions constantes dans tous les médias, champions de leur cause et de toutes les causes dérivées de celle-ci, voire d'autres causes encore pourvu qu'elles soient des occasions d' « apparaître ».
Apparitions où ils sont suivis de longues théories de disciples, comme le Jésus de cette égophoto.
Des disciples pétris des préjugés antédiluviens (comme, sans doute, leurs champions eux-mêmes, je pourrais témoigner à ce sujet) et qui le suivent d'abord pour bénéficier d'une miette ou l'autre de la gloire du « sauveur », comme les apôtres qui entourent le premier « sauveur » dans l'égophoto ci-dessus, modèle, peut-être malgré lui et à son insu, de tous les autres sauveurs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire