samedi 21 juillet 2012

Duo begli occhi, che legato m'hanno

C'était l'anniversaire de Pétrarque hier (il y a quelques heures).
Voici, en italien et en français, un des poèmes par lequel il a fondé la poésie lyrique moderne -le «pétrarquisme»- et popularisé le «sonnet», grande forme de la poésie de l'Occident dans toutes les langues :

Benedetto sia 'l giorno

Benedetto sia 'l giorno, e 'l mese, e l'anno,

e la stagione, e 'l tempo, e l'ora, e 'l punto,

e 'l bel paese, e 'l loco ov' io fui giunto

da' duo begli occhi, che legato m'hanno;



e benedetto il primo dolce affanno

ch'i' ebbi ad esser con Amor congiunto,

e l'arco, e le saette ond'i' fui punto,

e le piaghe che 'n fin al cor mi vanno.



Benedetto le voci tante ch'io

chiamando il nome de mia donna ho sparte,

e i sospiri, e le lagrime, e l' desio;



e benedetto sian tutte le carte

ov'io fama l'acquisto, e l' pensier mio
,
ch'è sol di lei, si ch' altra non v' ha parte.




Francesco Petrarca (1304-1374)

Béni soit le jour...

Béni soit le jour, bénis le mois, l'année

Et la saison, et le moment et l'heure, et la minute

Béni soit le pays, et le lieu où j'ai fait rencontre

De ces deux yeux si beaux qu'ils m'ont ensorcelé.



Et béni soit le premier doux tourment

Que je sentis pour être captif d'Amour

Et bénis soient l'arc, le trait dont il me transperça

Et bénie soit la plaie que je porte en mon cœur



Bénies soient toutes les paroles semées

À proclamer le nom de celle qui est ma Dame

Bénis soient les soupirs, les pleurs et le désir. 



Et bénis soient les poèmes

Où je sculpte sa gloire, et ma pensée

Tendue vers elle seule, étrangère à toute autre.


Voici une représentation du poète que j'ai tenté de rendre plus «moderne»:


Aucun commentaire:

Publier un commentaire