dimanche 17 septembre 2017

L'enfer est vide, tous les démons sont ici

Quand je soumets cette image à Google, on me conduit vers une bière belge ou vers des visages de démon.
Elle me rappelle, pour ma part, cette expression qu'utilisaient les autochtones du continent que j'habite (appelé « Amérique » par les compatriotes de mes ancêtres européens envahisseurs) pour désigner la plupart de ces envahisseurs, en particulier les habitants des USA : « langue fourchue ».
Car, d'un côté de la bouche, ils disaient une chose et, de l'autre, autre chose, voire le contraire.
On n'a qu'à suivre l'histoire des traités que les Étasuniens ont tour à tour signés et reniés avec ces Autochtones : une édifiante histoire de « langue fourchue ».
Peut-être, effectivement, démoniaque, comme le laissent penser les images que me soumet Google : il faut toujours se rappeler ce que Shakespeare écrivait, lui qui connaissait parfaitement les humains à partir de l'image que ses compatriotes lui avaient permis d'en créer (il n'a pas connu beaucoup d'étrangers, aucun, je pense, n'ayant jamais voyagé hors de l'Angleterre) : « l'enfer est vide, tous les démons sont ici ! »
Voici une des images que me soumet Google :

Ressemblant, ne trouvez-vous pas ?
(Je parle de l'âme !)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire