vendredi 25 novembre 2016

Européanisation

C'est la statue de l'empereur aztèque Moctezuma dressée sur la façade du Palais royal de Madrid qui donne sur la place de l'Armurerie.
(Elle est le pendant de la statue de l'Inca Atahualpa qui apparaît de l'autre côte du cette façade).
Voyez cette façade (la statue de Moctezuma est à gauche, celle d'Atahualpa à droite) :
 
À part quelques éléments de vêtement et de coiffure, Moctezuma est plutôt « européanisé ».
C'est ce que l'Europe a toujours fait avec les habitants des contrées lointaines, non seulement dans les représentations qu'elle en donne mais aussi dans son comportement à leur égard : s'ils ne sont pas européens, on tente de les rendre européens, de gré ou de force, soit en les convertissant aux religions européennes, soit en leur imposant les autres mœurs et habitudes européennes .
On pourrait dire que c'est le résumé de l'histoire du monde depuis le début du 16e siècle.
Même les Mexicains ont tendance à  poursuivre le mouvement.
Voyez la statue de l'empereur qu'ils ont demandé de créer à l'espagnol Manuel Vilar (page en espagnol au bout de ce lien) pour le Musée national d'anthropologie de Mexico :


Elle est moins « européenne » que celle de Madrid mais pas encore aztèque.
Ce sont les bandes dessinées et les jeux électroniques qui semblent le mieux réussir leurs représentations :




Toutes ces représentations comportent l'élément le plus connu des vêtements de Moctezuma, ce magnifique panache de plumes de quetzal (oiseau symbole de la liberté car il meurt en captivité) conservé à Vienne (où il a suivi le Habsbourg qui l'avait reçu en cadeau de Cortês), panache qui surmontait un casque d'or incrusté d'émeraudes que le cupide conquistador s'est hâté de s'approprier pour le faire fondre, avant de faire cadeau du panache à Charles-Quint.
Le voici : 

(J'en parle ici).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire