vendredi 8 novembre 2013

Les pauvres dieux inquisiteurs de notre mythologie à nous

Des potelets peints à un croisement de boulevards à Paris (celui des boulevards Picpus et Reuilly).
 Ils ont été créés par Le CyKlop.
D'où leur nom : « potelets cyclopes ».
Voyez de plus près leur inquiétant œil unique :



On croit qu'ils ne sont que décoratifs et on voudrait en avoir chez soi (je n'ai encore jamais vu de potelets au Québec, encore moins des potelets peints, à plus forte raison des « potelets cyclopes »).
Mais ils sont significatifs aussi, selon moi : de cette société « Big Brother » où nous savons que nous vivons maintenant, avec les incursions dans notre intimité électronique d'agences d'espionnages de pays qu'on croit démocratiques (les USA) ou de notre propre pays (qu'on sait peu démocratique, étant de type britannique).
Et avec toutes ces caméras publiques partout dans les rues et avec celles que même des personnes privées, des voisins (voyeurs ou maladivement méfiants), peuvent utiliser pour nous étudier, nous espionner et connaître notre vie privée (comme s'ils ne pouvaient pas mieux la connaître en nous saluant et en nous demandant de nos nouvelles).
Très significatifs de notre époque ces potelets !
Ce sont les pauvres dieux de notre mythologie à nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire