lundi 6 mai 2013

Palace disparu

Il y a eu dans les journaux du week-end (était-ce le « Progrès-Dimanche » ou le « Journal de Québec » ?) un reportage sur un palace incendié en 1909 et qui se trouvait sur les bords du lac Saint-Jean, à Roberval plus précisément d'où il tirait son nom : « Hôtel Roberval ».
(Certains l'appellent « Château Beemer », du nom de son concepteur et propriétaire : on parle ici de celui-ci, de son hôtel et d'autres choses encore.)
J'ai fait une recherche d'images dans Google et cette photo colorisée de l'hôtel est apparue sur mon écran (elle appartient au Musée McCord de Montréal et a été prise par le photographe Livernois de Québec).
Il avait fière allure avec ses immenses balcons et ses tourelles.
Voici sa tourelle centrale qui vous permettra d'en voir quelques éléments de plus près que dans la photo ci-haut :


Il y avait des gens sur le balcon du rez-de-chaussée comme vous pouvez voir, tous morts maintenant depuis presque un siècle.
Il y avait d'autres photos dans mon écran de résultats.
Celle-ci, par exemple, où l'on aperçoit l'hôtel de plus loin (et non colorisée la photo) :


 Au premier plan le lac Saint-Jean.
Une autre photo en noir et blanc où l'on voit l'hôtel à un autre point de vue (par grand vent et plus clairement la multiplicité des balcons):


Et puis des photos de gens sur les balcons.

Sur un balcon des étages, mère avec enfants et nounou :

Sur le grand balcon du rez-de-chaussée, une très belle photo (presque un tableau) qui permet d'imaginer un roman :

On dit que « [l]e luxe de l'Hôtel Roberval se compar[ait] à celui du Château Frontenac, qui sera construit quelques années plus tard. »
Tout cela est disparu dans l'incendie comme le Titanic est disparu dans la mer quelques années plus tard.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire