dimanche 26 mai 2013

Nous sommes deux/Nous sommes trois/Nous sommes mille vingt et trois

Je viens de visionner sur ARTV un documentaire sur Georges Moustaki.
Il était à bout de voix.
On sentait sa mort, hélas, dans sa voix.
Je m'en veux de ne pas avoir enregistré l'émission.
J'espère qu'elle passera à nouveau demain et que je pourrai le faire.
J'ai décidé (par remords) de vous présenter ce soir la chanson « Είμαστε δυό », de Mikis Théodorakis, que Moustaki a mise en français sous le titre « Nous sommes deux ».
Cette chanson avait été composée lors du coup d'état dit des colonels en Grèce.
Elle promettait le retour de la liberté, malgré la prison et les tortures.
Voici l'interprétation qu'en a faite Moustaki, puis les paroles françaises qu'il avait données à la chanson et, enfin, les paroles grecques de Théodorakis :



Nous sommes deux

Nous sommes deux
Nous sommes deux
Huit heures vont bientôt sonner 
Éteins la lampe, le gardien frappe
Ce soir ils reviendront nous voir.
L'un va devant, l'un va devant
Et les autres suivent derrière
Puis le silence et puis voici
La même chanson qui revient
L'un va devant, l'un va devant
Et les autres suivent derrière
Puis le silence et puis voici
La même chanson qui revient
Il frappe deux
Il frappe trois
Il frappe mille vingt et trois
Tu as mal, toi
Et j'ai mal, moi
Qui de nous deux a le plus mal?
C'est l'avenir qui le dira
Nous sommes deux
Nous sommes trois
Nous sommes mille vingt et trois
Avec le temps, avec la pluie
Avec le sang qui l'a séchée
Et la douleur qui vit en nous
Qui nous transperce et qui nous cloue.
Nous sommes deux
Nous sommes trois
Nous sommes mille vingt et trois
Avec le temps, avec la pluie
Avec le sang qui l'a séchée
Et la douleur qui vit en nous
Qui nous transperce et qui nous cloue.
Notre douleur nous guidera
Nous sommes deux
Nous sommes trois
Nous sommes mille vingt et trois.


Είμαστε δυο

Είμαστε δυο, είμαστε δυο,
η ώρα σήμανε οχτώ
κλείσε το φως, έμπα φρουρός,
το βράδυ θά 'ρθουνε ξανά
έμπα μπροστά, έμπα μπροστά
και οι άλλοι πίσω ακολουθούν
μετά σιωπή και ακολουθεί
το ίδιο τροπάρι το γνωστό
Βαράνε δυο, βαράνε τρεις,
βαράνε χίλιοι δεκατρείς
Πονάς εσύ, πονάω εγώ,
μα ποιος πονάει πιο πολύ
θά 'ρθει καιρός να μας το πει

Είμαστε δυο, είμαστε τρεις,
είμαστε χίλιοι δεκατρείς
Καβάλα πάμε στον καιρό
με τον καιρό με την βροχή
το αίμα πήζει στην πληγή
ο πόνος γίνεται καρφί

Είμαστε δυο, είμαστε τρεις,
είμαστε χίλιοι δεκατρείς
Καβάλα πάμε στον καιρό
με τον καιρό με την βροχή
το αίμα πήζει στην πληγή
ο πόνος γίνεται καρφί

Ο εκδικητής ο λυτρωτής
είμαστε δυο, είμαστε τρεις
είμαστε χίλιοι δεκατρείς


Aucun commentaire:

Publier un commentaire