vendredi 7 juillet 2017

Les 4 églises de Kinnear's Mills : un toxique et dangereux remède pour nous débarrasser du mal

C'est une vue aérienne du centre du village de Kinnear's Mills dans la région de Chaudière-Appalaches, au Québec.
Vous n'avez pas la berlue, il y a quatre églises (dont une, la méthodiste, n'a pas de clocher, en haut, à gauche) : l'église « Candlish United Church » (1873), l'ancienne église méthodiste (1876), l'église anglicane « Saint-Mark » (1897-1899) et l'église catholique « Sainte-Catherine-Labouré » (1950-1951).
La conquête anglaise a amené une avalanche d'immigrants de langue anglaise en provenance de Nouvelle-Angleterre (les habitants des États-Unis libres qui désiraient rester sous la gouverne du roi d'Angleterre), de Grande-Bretagne (Angleterre, Écosse, Irlande à l'époque).
On nous a imposés cette immigration pour nous faire disparaître, nous, fils francophones de la Nouvelle-France, comme les Russes ont imposé l'immigration russe dans les pays baltes (et ailleurs en Soviétie) dans le même objectif,
Mais cette avalanche a eu cet effet, que l'on peut qualifier d'utile, de commencer à éroder, au Québec, le pouvoir de l'Église catholique romaine, jusqu'à enfin y mettre fin dans les années 1960.

C'est ce que symbolise ce village de Kinnear's Mills aux 4 églises.
Maintenant que ce qu'on pourrait qualifier de toxique et dangereux remède est venu à bout du mal, il faut peut-être se débarrasser du remède, qui risque de nous tuer !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire