lundi 3 octobre 2016

Staline est mort dans sa merde, râlant, sans secours

Il n'y a rien que j'aime davantage qu'un texte qui commence ainsi à propos de quelqu'un que je hais (compte rendu tiré du NouvelObs, ici):

C’est évidemment la revanche de Dieu: après avoir trucidé, égorgé, affamé, torturé, écrasé, piétiné, et flingué des millions de compatriotes, Staline est mort dans sa merde, râlant, sans secours, tout simplement parce que tout le monde avait peur d’entrer sans être invité. De plus, il avait eu l’admirable intuition d’envoyer tous ses médecins en taule, sous prétexte qu’ils étaient juifs, donc forcément comploteurs.
Le mercredi 4 mars 1953, en pleine nuit, Joseph Dougachvili, crapule pour les siècles des siècles, 73 ans, s’est donc pissé dessus et a agonisé pendant des heures. Bien fait, salaud, mais ça ne règle pas les comptes. S’il y a un au-delà, Staline, tu peux compter sur nous pour t’enfoncer des aiguilles sous les ongles.

Que tous les psychopathes de son genre meurent ainsi !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire