mercredi 16 décembre 2015

Les Saturnales de Noël

Les Chrétiens, qui ignoraient sans doute le jour (ou la nuit ?) de la naissance de Jésus, ont décidé de placer celui-ci (ou celle-ci) à la période des fêtes des Saturnales, où les Romains célébraient non seulement l 'Âge d'or du règne de Saturne, le père des dieux, sur le Latium avant la fondation de Rome, mais aussi la naissance (« Natalis dies ») du dieu « Sol Invictus » ou du dieu Mithra.
C'est le mot « natalis » (naissance] qui, au terme d'évolutions phonétiques successives, a abouti au terme français « Noël ».
Les Chrétiens voulaient que la naissance de leur Dieu-homme bénéficie de la popularité de ces fêtes.
En plus d'être l'occasion où les maîtres devenaient esclaves de leurs esclaves, les Saturnales étaient aussi des fêtes un peu débridées où tous les excès étaient permis.
Excès de bouches et excès de sexes.
Comme Noël l'est effectivement devenu de nos jours dans les pays chrétiens, en une sorte de retour du refoulé (puisque les Saturnales furent interdites une fois les Chrétiens en possession du pouvoir, comme fut interdit tout ce qui était intéressant, de la même façon que chez les fanatiques Islamistes aujourd'hui).
Ces décorations de Noël que vous voyez ci-dessus sont peut-être une autre manifestation de ce retour du refoulé, la manifestation du retour des Saturnales après deux millénaires de refoulement (et de mensonge, la naissance de Jésus n'ayant pas eu lieu à Noël. Mais qu'est-ce qui n'est pas mensonge dans le christianisme, surtout dans le christianisme organisé en églises, prêchant l'amour du prochain et la pauvreté, mais se complaisant dans les haines, les condamnations morales et les richesses ?). 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire