vendredi 16 janvier 2015

Un temps viendra qui n'est pas venu / Que je mordrai qui m'aura mordu

J'aime bien ce chien d'or rancunier qui apparaît sur l'ancienne enseigne de l'Auberge du chien d'or qu'on a intégrée dans le bâtiment qui a été édifié là où s'élevait jadis cette auberge, le bureau central de la poste (qui a, de nos jours, changé de vocation), près du Château Frontenac, à Québec.
On vient de restaurer l'enseigne où il apparaît, en ravalant le bâtiment où elle est intégrée.
Voyez-le de plus près :

Il est rancunier ce chien auquel j'ai jadis consacré un petit mémoire de premier cycle car il promet de « mordre qui l'aura mordu ».
J'ai toujours espéré qu'il était un symbole du peuple québécois, qu'on a beaucoup mordu et qu'on a forcé à se mordre lui-même.
Le chien rancunier mérite d'être présenté de plus près encore, je pense :

Voici le quatrain qui l'enserre, en orthographe moderne :


Je suis le chien qui ronge l'os.
En le rongeant je prends mon repos.
Un temps viendra qui n'est pas venu
Que je mordrai qui m'aura mordu.

Voici une vue du bâtiment complet, au fronton duquel son enseigne apparaît :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire