mardi 9 septembre 2014

Plutôt la cornemuse, aussi désagréable soit-elle

Crédits dessin : Sam Gross/The New Yorker

Satan dit au damné écossais qu'il le charge de la musique dans son royaume infernal.
Un supplice supplémentaire, le supplice de la cornemuse, pour tous les damnés de la terre.
Devrais-je vite m'amender et faire en sorte d'aller rejoindre pour l'éternité le cardinal Bellarmin et ses sbires cardinaux et papaux de tous les siècles ?
Jarnidieu !
Plutôt la cornemuse, finalement !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire