mardi 26 novembre 2013

Pin de Noël déjà ?

Il a tant neigé hier soir, cette nuit et aujourd'hui jusqu'à maintenant que le grand pin que l'on voit depuis ma fenêtre s'est transformé trop tôt en pin de Noël.
Et l'on prédit qu'il tombera plus de neige encore à partir de demain.
Pas d'inquiétudes chers visiteurs européens ou d'ailleurs dans le monde où il n'existe pas d'hiver ou seulement depuis peu, les voitures circulent normalement, les magasins sont ouverts, l'électricité fonctionne et l'on a accès à la Toile (comme vous le constatez) : les véhicules utilitaires municipaux se sont mis en branle et les rues, routes, autoroutes sont libres.
Comme dit la chanson de Gilles Vigneault : « Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver » et, depuis 400 cents ans que nous l'habitons, nous avons réussi à dresser ce monstre annuel.
Il me semble que cette neige est un bon prétexte pour vous faire entendre la vidéo de la chanson par le compositeur (j'aimerais mieux par Monique Leyrac).
Et je souligne, le pays dont il est question n'est pas le Canada mais le Québec, et cela l'auteur lui-même le souligne


                                      Mon Pays

Mon pays ce n'est pas un pays, c'est l'hiver
Mon jardin ce n'est pas un jardin, c'est la plaine
Mon chemin ce n'est pas un chemin, c'est la neige
Mon pays ce n'est pas un pays, c'est l'hiver

Dans la blanche cérémonie
Où la neige au vent se marie
Dans ce pays de poudrerie
Mon père a fait bâtir maison
Et je m'en vais être fidèle
A sa manière, à son modèle
La chambre d'amis sera telle
Qu'on viendra des autres saisons
Pour se bâtir à côté d'elle.

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver
Mon refrain, ce n'est pas un refrain, c'est rafale
Ma maison, ce n'est pas ma maison, c'est froidure
Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver.

De mon grand pays solitaire
Je crie avant que de me taire
A tous les hommes de la terre
Ma maison, c'est votre maison
Entre ses quatre murs de glace
Je mets mon temps et mon espace
A préparer le feu, la place
Pour les humains de l'horizon
Et les humains sont de ma race.

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver
Mon jardin, ce n'est pas un jardin, c'est la plaine
Mon chemin, ce n'est pas un chemin, c'est la neige
Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver.

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'envers
D'un pays qui n'était ni pays ni patrie
Ma chanson, ce n'est pas une chanson, c'est ma vie
C'est pour toi que je veux posséder mes hivers.


Voici une autre vue du grand pin : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire