samedi 9 novembre 2013

L'évolution continue éternellement et nul ne sait où elle aboutira

L'évolution continue éternellement et nul ne sait où elle aboutira

En reconnaissant l' « intersexualité », l'Allemagne (mais il y a d'autres pays qui l'ont fait, l'Australie par exemple) reconnaît ainsi qu'à leur naissance, certains enfants (1 sur 1 500 ou 2 000) n'appartiennent à aucun des deux sexes actuellement reconnus et qui auraient été fixés par Dieu ou la nature.
On devra donc, pour ces enfants, invoquer la théorie des genres et leur apprendre à adopter l'un ou l'autre sexe à partir d'un certain nombre de règles mais aussi à partir de leur décision personnelle, la chirurgie entrant alors en scène (mais peut-être pas non plus).
Ces enfants ne rendent-ils pas visible en réalité ce que fait la société pour tous les enfants : on leur apprend à agir selon ce que l'époque où ils naissent définit comme appartenant à un sexe ou à l'autre, définition qui change selon les époques et les cultures ?
Dans cette perspective -qui est celle de la théorie des genres- Dieu ou la nature ne décident de rien ou n'ont pas d'opinion tranchées sur ce qui existe, et en particulier sur les sexes, d'abord parce que, dans le cas de Dieu, il n'existe peut-être pas ou n'existe peut-être pas comme les croyants le définissent (de manière sacrilège puisqu'en le définissant on limite son être qui devrait être en principe infini) et ensuite parce les choses ne sont pas encore fixées définitivement comme veulent nous le faire croire les stupides fondateurs de religion.
L'évolution continue éternellement et nul ne sait où elle aboutira.
(Plus d'informations ici).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire