lundi 29 juillet 2013

Un « Nouveau Monde » très ancien

Si vous doutiez de l'existence de l'Empire gréco-romain (selon l'expression de Paul Veyne) en Occident plus de 1500 ans après sa chute prétendue, voici qui va vous permettre de remettre les choses en place dans votre esprit.
Ce bâtiment ci-dessus est à New York et date de 1896 : c'est la « Low Library » de l'Université Columbia, et, comme vous le voyez, avec ses colonnes ioniques cannelées, il n'a rien à envier aux bâtiments de la Ville éternelle du temps de sa splendeur, voire aux milliers de bâtiments de la vieille Europe construits depuis le temps de cette splendeur en respectant les règles de cette même architecture.
L'empire gréco-romain faisait encore des conquêtes longtemps après sa prétendue mort : c'est lui qui a conquis ce qu'on appelle le « Nouveau Monde » en se servant des bras et des armes cruelles des Barbares depuis longtemps à son service et qui ont donné leur nom, mais rien d'autre, aux provinces de l'empire.
C'est lui qui, par leur intermédiaire, a accompli le génocide des peuplades de ce « Nouveau Monde » et a apporté au petit nombre de survivants, sous une forme ou une autre, les croyances religieuses qu'avait adoptées leur dernier empereur tout-puissant.
C'est à lui que l'on doit ce bâtiment, et des milliers d'autres dans tout le « Nouveau Monde ».
Voici une vue d'ensemble de la « Low Library ». Elle a une coupole comme le Panthéon d'Agrippa, et une statue de Minerve agrémente son majestueux escalier : 


Comme Constantin, il concilie diverses mythologies.
La voici, parée du nom de mère, elle qui était aussi, comme la déesse chrétienne d'obscure origine juive, vierge :


Elle est l'œuvre de Daniel Chester French et le livre ouvert que Minerve tient sur ses genoux (tenez-vous bien, la chose est digne de Constantin) c'est la Bible !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire